L’OISSU EST MEMBRE DE LA FEDERATION INTERNATIONALE DU SPORT SCOLAIRE (ISF) DEPUIS 2014 :

 
  INFORMATIONS UTILES

Bouger les sédentaires

Manque de disponibilité, d’envie ou de motivation… Les sédentaires
ont toujours une « bonne » raison pour ne pas pratiquer une
activité physique et sportive. Comment séduire ce public, en
rupture avec le sport ? Quelle pédagogie mettre en place
pour redonner le goût de l’effort ? Éléments de réponse...
Inciter à la pratique

Les Français seraient-ils de plus en plus sédentaires ? Pas vraiment, si l’on en croit les premiers résultats de l’enquête 2010 sur les pratiques sportives et physiques. Selon cette étude, 2 personnes sur 3, âgées de plus de 15 ans, ont déclaré pratiquer une activité, au moins une fois par semaine… Voilà pour les chiffres. Car dans la réalité, la sédentarité gagne du terrain et touche tout le monde, de 7 à 77 ans.
 "Les non-pratiquants représentent un public très hétérogène, qui rassemble des actifs comme des retraités, des hommes comme des femmes, des jeunes comme des seniors," confie Françoise Sauvageot, présidente de la FFEPGV. Les raisons de cette «sédentarité sportive » sont multiples : certaines personnes gardent un mauvais souvenir du sport à l’école, d’autres s’estiment trop âgés… "La sédentarité concerne également les étudiants qui n’ont pas toujours le temps de pratiquer une activité physique, mais aussi les jeunes actifs happés par la vie trépidante, ou les mamans débordées qui manquent de disponibilité," souligne Gilles Maître, formateur EPGV.
Fait nouveau, elle touche désormais les jeunes enfants, qui délaissent leurs baskets au profit d’interminables parties devant la console de jeux. "Le sédentaire a toujours une bonne raison, pour ne pas pratiquer. Parfois, il s’éloigne du sport, sans le vouloir, à cause de sa vie professionnelle. On peut aussi devenir sédentaire sans le savoir, en privilégiant la voiture à une bonne marche, l’ascenseur aux escaliers. Et puis, il y a les irréductibles, qui n’ont jamais eu d’affinités avec le sport...". Si ce dernier groupe semble très difficile à convaincre, les 2 premiers peuvent à nouveau se remettre à pratiquer une activité. A condition toutefois de savoir les accompagner et de valoriser leur progrès.

REDONNER LE GOÛT AU SPORT
Organisées à chaque année sportive, les Journées Portes Ouvertes de l’EPGV permettent de toucher un large public. "Lors de ces séances d’essai, on va accueillir des femmes qui souhaitent reprendre une activité après une maternité, des retraités à la recherche de lien social, des personnes
soucieuses de leur santé, explique Gilles Maître. Il est important d’identifier chaque besoin, pour proposer par la suite une pédagogie différenciée, adaptée aux capacités de chacun". Afin de mettre le non-pratiquant dans les meilleures conditions de réussite, l’animateur doit savoir lui redonner confiance, en lui montrant que le sport se vit, ici sans compétition. "Lors des premières séances, je conseille de revoir toutes les bases, en termes de sécurité et de pratique, insiste Gilles Maître. Le non-pratiquant a besoin d’être guidé pour ressentir à nouveau tout son schéma corporel. Il faut lui(ré)apprendre des postures repères et lui rappeler l’importance de l’hydratation ou des étirements."

ATTENTION À LA DÉMOTIVATION !
En général, les personnes ayant déjà pratiqué une activité par le passé retrouvent vite leurs «réflexes ». En revanche, il convient de porter une attention particulière aux "vrais sédentaires" qui, en voulant brûler les étapes, risquent de se blesser ou de se démotiver. "Les non pratiquants ont beaucoup de mal à se juger. Ils ont tendance à se comparer systématiquement aux autres, déplore Gilles Maître. Souvent, ils vont aller au-delà de leurs capacités, au risque de se faire mal. Il faut donc leur apprendre à évaluer leur progrès dans leur vie quotidienne : monter les escaliers sans être essoufflé, se baisser sans effort...".
Pour éviter le découragement, l’animateur devra également veiller à doser les efforts et adapter ses exercices. Dernier point à ne pas négliger : l’intégration des nouveaux venus. En effet, le non-pratiquant arrive souvent dans un groupe où les amitiés sont déjà tissées. Jeux d’équipe, exercices en face à face, activités extrasportives : autant d’astuces pour faciliter son intégration et créer du lien entre les adhérents.
Car ne l’oublions pas, faire du sport avec un ami est le meilleur remède contre le découragement et la paresse…

Yannick Jouenne

 
[+] Plus de infos





 

  LE MENSUEL DE L'OISSU
couv sept.PNG 1.PNG
› Voir Plus

Suivez nous sur

  COMMUNIQUES
07/03/2016 : Programme phase finale Copa Coca-Cola 2016...
: ...
05/11/2014 : COMMUNIQUE RELATIF AUX INTERREGIONALES ET A LA 2EME EDITION DES JEUX SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES...
10/12/2013 : CONDITIONS DE PARTICIPATION A LA SAISON 2013-2014...
  › Voir Plus




  DOCUMENTATION
CIRCULAIRE RELATIVE AUX COMPETITIONS DE LA SAISON 2017-2018
CHARTE GRAPHIQUE OISSU
PROGRAMME 4ème EDITION COPA COCA-COLA
ORGANISATION DES REGIONS EN ZONES DE COMPETITIONS
  › Voir Plus







ministere.jpg onusida1.jpg logo_cicgnew.jpg
coca cola.jpeg unss.jpg f.jpg
logo barre.png Logo isf.png y logo.jpg
Unicef.png
 
© 2011 OISSU - Tous droits réservés   Conception: CICG